Retour sur l’intervention de Claude Fauquet

Le 15 mars dernier, nous avons eu la chance de recevoir Claude Fauquet, ex directeur des équipes de France de Natation et DTN de Natation. Il est intervenu sur le mode de management dans le sport de haut niveau. Il a pu revenir sur son expérience au sein des équipes de France de Natation et les changements qu’il a opéré pour mener l’Equipe de France au succès. 

En 1996, les nageurs français sont rentrés des Jeux d’Atlanta sans la moindre médaille. Il décide alors d’instaurer une grille de minima très élevée et met en place trois chronos pour chaque course, à réaliser successivement en série, demi-finale et finale. «  Aller vite une seule fois puis exploser en vol ne sert à rien. Aux JO, il faut être capable de répéter une performance pour monter sur le podium, déclarait-il à l’époque. En clair, il faut battre le record de France pour gagner sa sélection  . »

Sans la moindre exception, ces minima s’appliquent à tous les nageurs sans tenir compte de leur passé. Cette rigueur va s’avérer payante avec une pluie de médailles aux JO de Sydney en 2000, d’Athènes en 2004 et de Pékin en 2008, malgré de nombreuses réticences.

Retour avec Claude Fauquet sur sa présence au Tremplin

  • Comment avez-vous connu Le Tremplin et pourquoi avez-vous accepté d’intervenir auprès des start-up ?

Les hasards de l’existence ou plutôt les opportunités font que certaines rencontres créent les conditions d’une ouverture à d’autres regards et nous enrichissent de cette altérité.

J’ai rencontré B CARLIER dans le cadre de mes missions de préparation des jeux olympiques et paralympiques de Londres  alors qu’il était au cabinet de V Fourneyron.

Puis j’ai partagé avec lui l’idée de créer un incubateur du sport dans le cadre de mes missions de président du CROS de Picardie et j’ai trouvé intéressant d’intervenir au Tremplin pour mieux comprendre ce monde qui m’est encore un peu étranger avec le sentiment qu’une voie de développement extraordinaire pour le sport voit le jour.

  • Quelles sont les éléments importants à retenir de votre intervention pour les startups ? 

Ce que je retiens de mon intervention c’est d’abord que ma curiosité pour ce qui se joue autour de l’innovation  a rencontré aussi une curiosité en retour chez les jeunes entrepreneurs dans  leur connaissance du sport de haut niveau. Les quelques éléments de comparaison entre leur activité et ma réflexion sur les représentations véhiculées dans le monde du sport de haut niveau ont permis des échanges sur des pistes d’amélioration possible dans la conception même de leurs projets.

Interrogeons nous sur la relation entre tradition et innovation.

  • Selon vous, quelles seront les innovations qui vont transformer ou qui commencent à transformer le secteur du sport  ?

Il me semble que la principale innovation , comme dans bon nombre d’autres domaines de la société sera que le sport  va être percuté par une tendance lourde des pratiquants à décider eux même de ce qu’ils souhaitent mettre en œuvre pour pratiquer leur activité. Les plateformes le permettant sont déjà à l’œuvre et obtiennent un succès certain.

Le financement et le modèle économique qui émergent de ces pratiques vont influencer demain les modes de gouvernance des fédérations.

Les athlètes de haut niveau sont aussi des producteurs d’innovation sur les réseaux  sociaux. Il importe d’y être attentif pour éviter qu’ils ne soient victimes de cette volonté d’échapper aux institutions qui leur ont pourtant permis de devenir les champions qu’ils sont.

Comment donc là encore rendre compatible tradition et innovation pour s’enrichir de cette dualité?

Le CROS de picardie a par exemple développé une plateforme de mise en relation du monde du sport et du monde de l’entreprise dans le domaine de la santé.

FacebookTwitterLinkedInPartager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *